AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À la lumière d'un songe (Kalon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaleth Beckinsale
avatar

PSEUDO : Crows.
MESSAGES : 25
POINTS : 16
AVATAR : Logan Lerman
ARRIVÉ LE : 16/07/2016
CREDITS : Odistole(av) hedgekey (signa)
ÂGE : Vingt-et-une années, des miettes de sables s'écoulent du sablier. Il est condamné à exister.
OCCUPATION : Il ne sait pas, on lui a rien attribué, il s'occupe comme il peut, ça passe le temps en soufflant.
COTE COEUR : Organe inutile au fond de la poitrine. Il s'agite parfois sous les draps mais doucement il s’effrite.


MessageSujet: À la lumière d'un songe (Kalon)   Lun 18 Juil - 3:25




À la lumière d'un songe
Ton souffle était des plus rapide, il partait complètement en vrille. Tes yeux se ferment, alors que tu tentes de te calmer, alors que tu essayes de trouver une chose qui ne veut pas être saisie. Inspire, expire, doucement, plus doucement encore. C'est un manège qui dure quelque minutes, là, dans le noir entouré de camarades d'infortune que tu connais à peine. T'entends leurs respirations trop régulières à tes oreilles. Comment ils font, eux, pour l’attraper ce maudit sommeil ? Pour toi, il ne fait que s'éloigner et divaguer, tu ne peux le caresser que pendant un bref instant, chose qui te permet de te mouvoir, de déambuler dans le bloc comme un cadavre. Tu rases les murs et t'observes, voilà là tout ce que tu peux faire. T'écoutes aussi, les conversations des autres semblent être des choses intéressantes, divertissantes, pourtant toi, tu te prends un peu pour un muet, les mots franchissent trop peu souvent les lèvres. Tu n'as pas envie de parler et là aussi, tu ne comprends pas comment ils font, comment ils font pour faire comme s'ils n'étaient pas épiés, comment ils font pour oublier que chacun de leurs mouvements sont analysés par des centaines de gens, comment ils font pour faire comme si tout ce qu'ils déballaient n'était que pour eux. Penser que des gens peuvent bien te surveiller, là maintenant, ça donne la gerbe, alors tu quittes cette chose qui tremble dans le vide, un vrai lit n'aurait-ce pas été mieux ? Quand pour la première fois, tu étais monté dedans, t'avais eu l'impression d'être sur l'eau, d'être sur un pauvre petit bateau. Ça tangue et ça re tangue, il y a vraiment de quoi avoir le mal de mer et un ventre qui se soulève. Tu descends, tu touches terre et déjà, tu te sens mieux, tu fais ça sans grâce, il y a des gens qui se retournent, et d'autres qui commencent à trop l'ouvrir, toi, de toute façon, t'es déjà loin, tu ne les entendras pas soupirer, t'ères déjà dans le sombre, dédale des démons et des spectres. Nuit de jour, ou jour de nuit, qui serait le dire, on vous trompe peut-être, en tout cas, c'est une fausse nuit, il n'y a aucun rêve dehors, rien sur quoi on pourrait bien s'accrocher, la brise et partit tout comme l'astre d'argent, des signes que tu te plaisais pourtant à ressentir ou admirer dans le dehors, mais tout ça, ils l'ont pris pour leur maudit jeu, beaucoup trop stupide. T'avances jusqu'au jardin, te traçant tout seul ton petit chemin, tu t'arrêtes entre les branches, ne manquant pas de te faire frapper par les plus violentes, t'es sous un arbre et t'attends, tu veux que le jour se lève, que la nuit, elle crève, t'attends qu'elle soit transpercée par des rayons dorés pour qu'enfin, tu puisses continuer, continuer à les voir fourmiller. T'aimes les voir pendant leurs activités, t'as presque l'impression de participer. Pour l'instant, on te dit rien, on t'autorise à glander tant que dans ton ventre brûle une angoisse. Clémence des plus grands devant la peur de l'enfant. Tu colles ta poitrine contre tes genoux, alors que tu sers tes bras autour de ces derniers, t'es l'une de ces victimes recroquevillées qui n’arrive toujours pas à se remettre de la fatalité. Pourtant, tu savais que cela allait arriver, elle te l'avait dit, elle te l'avait prédit. Feuilles qui bruissent, on devine le corps imposant qui s'aventure dans le feuillage, tu pries pour que l'on vienne pas pour toi, mais les pas ne laissent que trop peu de place aux doutes, tout comme cette lueur que la personne trimbale avec elle, ça éclaire ta sombre gueule. Tu te détournes à peine pour accueillir le tourmenteur, car oui, il s'agit bien d'un homme, tu le devines à sa silhouette et à ce que la lumière peut bien t'offrir, tu ne peux pas voir ça tête, les yeux se plissent agresser pas la violente lumière. Tu lui offres un soupir comme guise de bienvenue. C'est tout ce qu'il mérite pour avoir dérangé ta tranquillité. « J'ai fait quelque chose de mal ?» t'es directement sur la défensive, t'aimes pas son intrusion, t'attends de lui une raison.
AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carron Oswalds
avatar

PSEUDO : exogenesis.
MESSAGES : 62
POINTS : 37
AVATAR : matthew daddario.
ARRIVÉ LE : 17/07/2016
CREDITS : ilyria.
ÂGE : vingt-trois ans.
OCCUPATION : chef du bloc.
COTE COEUR : célibataire.


MessageSujet: Re: À la lumière d'un songe (Kalon)   Mar 19 Juil - 1:28

A LA LUMIERE D'UN SONGE



la beauté de la nuit enveloppe le bloc depuis plusieurs déjà et pourtant le sommeil te fuit, morphée refuse de te rendre visite et ce malgré tes paupières lourdes et ton esprit embrumé. tu écoutes les bruits autour de toi, les respirations paisibles ou agitées des personnes autour de toi, ton regard à demi fermé, fixant le plafond au-dessus de toi. tu soupires doucement alors que tu passes une main sur ton visage et dans tes cheveux, tu respires sans doute trop fort, t'as l'impression de suffoquer. ça arrive de temps à autres, quand la pression semble trop grande, tu fermes les yeux, tu retiens ta respiration sans même le vouloir, l'impression de couler t'enveloppe, avant que tu ne rouvres violemment les yeux, le manque d'air creusant tes poumons. tu prends une longue inspiration avant de te lever et d'enfiler tes chaussures. tu soupires de nouveau avant d'entendre des bruits distincts, prudemment, tu empoignes une lampe torche que tu gardes dans ta main droite, tu slalomes au travers les hamacs suspendus dans la grange, faisant garde à ne réveiller personne, tu quittes le bâtiment qui sert de dortoir et un léger vent te frappes, tu hausses les épaules avant d'allumer ta lampe torche et de balayer les alentours. l'idée d'abandonner et le fait qu'il puisse s'agir de n'importe quel blocard t'effleures l'esprit, mais tu as l'impression que c'est important, alors tu t'engages dans l'allée qui mène au jardin, t'es pas sont lents et ensommeillés, comme le reste de ton corps, tu passes une main dans tes cheveux avant de t'engager ans le jardin, ton regard balayant l'endroit du regard, suivant la traînée lumineuse de la lampe torche. tu fronces légèrement les sourcils quand tu distingues une silhouette, tu t'approches rapidement et tu reconnais sans mal kaleth, un des derniers jeunes arrivés. « j'ai fait quelque chose de mal ? » tu retiens un léger soupir, tu abaisses ta lampe torche, tu hésites même à l'éteindre, mais te retrouver totalement dans le noir ne t'enchante guère. tu te rapproches du jeune et vient t'asseoir contre le tronc de l'arbre sur lequel il est adossé. « pas du tout. » un léger sourire sur ton visage, tu te rends compte que le plus jeune ne peux pas le voir. « je ne dormais pas et je t'ai entendu, si tu veux que je parte je peux le faire. mais je veux que tu saches que t'es pas seul ici kaleth, tu peux nous parler, tu peux me parler, si tu veux. on est tous passés par là. » t'as l'habitude de ça, des nouveaux apeurés par ce qui leur arrive. et pourtant à chaque fois, t'es sincères, t'as vraiment envie de les aider à se sentir mieux, aussi bien que l'on peut être dans cette situation. tu fermes les yeux alors que le hululement d'une chouette se fait entendre. tu fronces légèrement les sourcils, tu ne sais pas s'il s'agit de la réalité ou si c'est encore un coup du capitole, tu secoues la tête, tu n'as pas envie d'y penser, pas maintenant.
copyright acidbrain
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

À la lumière d'un songe (Kalon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [extrait de WoW RPG & autres sources] La Lumière.
» 4.0.1 et tangibilité de la Lumière
» Le pouvoir et la lumière sont en toi(Libre)
» [Software] Jeux Bonus d'après BIONICLE 1, le Mask de Lumière. (y compris un test de "Toa" )
» Probléme d'annulation de script lumière avec la portion de code stop script

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FADE OUT LINES :: 
BLOC ET LABYRINTHE.
 :: Bloc Est
-